Cercle Républicain Edgar Quinet Aristide Briand

Christine Lagarde Premier Ministre ?

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Écrit par Roland Monnet

              Christine Lagarde, Directrice générale du Fond Monétaire International est une femme politique connaissant bien les rouages parlementaires français ainsi que ceux afférant aux politiques économiques et financières mondiales et européennes.

                En France, dans les gouvernements de droite, elle occupa en effet le poste de ministre déléguée au Commerce extérieur de 2005 à 2007 et celui de ministre de l'Agriculture et de la Pêche en 2007. Elle fut ensuite ministre de l'Économie de 2007 à 2011.

                Dans le futur gouvernement d’union des progressistes, comprenant des ministres issus de la société civile et des ministres représentatifs des courants politiques de droite, gauche et centre, son expérience et son autorité la met à même d’exercer les fonctions de Premier Ministre de la République Française.

                Conduisant la politique dudit gouvernement dans la ligne réformatrice sociale, républicaine et pro-européenne adoubée par le vote des citoyens Français en élisant Emmanuel Macron Président de la République, elle participerait puissamment au retour responsable et influent de la France dans le concert des Nations.

                Le monde du travail et le monde de la Paix par le Droit, attendent beaucoup de la France.

                ° Il convient de créer les conditions de la « Paix sociale par le droit du travail » : par une double action au niveau national (concertation et arbitrage) et à l’international (OIT.)

                ° Concernant la «  mère » de toutes les paix, la Paix religieuse : Il faudra bien un jour en arriver à sanctuariser le principe de liberté absolue de conscience par la norme. Certes long et difficile combat pour l’obtention d’un Droit de l’Homme désaliénant imprescriptible.

                ° Quant à la paix civile, c’est au bout du bout une affaire d’instruction publique et de culture. Le pouvoir d’exercer pleinement sa citoyenneté de géomètre apte à mesurer et comparer pour enfin décider en toute connaissance de cause en est la finalité.

                En cela aussi, la France se doit d’être inspiratrice en matière de formulations et d’applications de programmes permettant au plus grand nombre l’accès individuel à l’instruction et la culture. Par l’intermédiaire de l’Unesco notamment.

                Roland Monnet

           25.04.2017 Thoiry

 

mots clés : Macron ; Premier Ministre ; Christine Lagarde ; droit du travail ; liberté de conscience :ONU  Droits de l'Homme, OIT ; BIT ; Unesco; gouvernement d'union des progressistes ;

               

               

               

Macron, centre de l’union.

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Écrit par Roland Monnet

           

Macron, centre de l’union.

          Macron rassemble un faisceau d’opinions compatibles autour de quelques orientations,. Ainsi bénéficie-t-il d’une assise politique démocratique portée par les citoyens de gauche, du centre et de droite « en marche ! ».

            A un moment où l’ordre mondial est à la merci de foucades imprévisibles ; l’opinion publique français déboussolée ; la France au-devant troubles civils et sociaux. ; le tout sur fond de terrorisme islamo-fasciste, il nous faut un président centre de l’union de tous les progressistes.

            Et non des porteurs de lubies claniques. Parfois dans le collimateur de la Justice.

           L’un, masqué de lin blanc et de probité candide, veut ramener les prêts à penser dogmatiques religieux aux manettes et faire suer le burnous social jusqu’à la moelle.

            L’autre éructe haine raciale, populisme et simplisme économique. Sans moustache.

           Ils partagent toutefois une même aspiration : imposer par la contrainte leurs versions de Paix sociale, religieuse et civile minoritaires au plus grand nombre.

            Quant au troisième, camelot du Grand Soir révolutionnaire capable de vendre du vent à une éolienne, il pète à tout va dans le clairon révolutionnaire !

            Restent quelques candidats tout à fait légitimes. Leur présence honore le pacte républicain de liberté de paroles. Avec un regret toutefois. Celui d'assister à l'agonie du parti de Jaurès que Mitterrand avait si bien su porter au pouvoir en 1981. En sacrifiant au passage sur l'autel de "l'attrape tout" son fameux "coup d'Etat permanent" dont il gratifiait la Vème République.

            Mais basta ! C’est d’un Président de la République Française, centre de l’union », dont il est besoin. Pour agir, au dehors, avec force et vigueur à l’international. Au nom des valeurs fondamentales dont « notre vieux et cher Pays » est détenteur : Liberté, Egalité, Fraternité, Laïcité.

                Mais aussi au-dedans, pour rompre avec la politique du « tout pour ma gueule » que portent, tour à tour, les factions alternativement au pouvoir.

                Macron est et sera cet homme en marche. Nanti dès le départ de la confiance des prestigieux responsables politiques que sont François Bayrou et Jean Marc Le Drian :  

            Pourquoi ?              

           Certes Macron est jeune mais pas puceau en politique gouvernementale ;

            C’est, comme Mitterrand, un homme de culture humaniste ;

            Comme Chevènement un rassembleur de républicains des deux bords, à preuve les nombreux « vrais » chiraquiens qui l’encouragent ;

            Comme Aristide Briand, un « vrais » laïque, apôtre de liberté de conscience et de culte tel que la loi de 1905 de séparation en exige l’exercice…

            …mais aussi un défenseur de l’idée d’union européenne en tant que rempart culturel, économique, social, politique et militaire à toutes volontés extérieures d’en naufrager les fondements ;

            Comme Paul Ricoeur, un philosophe de la volonté et de l’éthique sociale.

           En conclusion aux « grands diseurs », qui nous bourrent le mou depuis si longtemps, opposons Macron, « grand faiseur » en devenir : pour le bien commun !

Roland Monnet 20/04/2017

   

Céline, activiste et délateur hitlérien

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Écrit par Annick Duraffour -Pierre André Taguieff

Dans un livre fleuve, Céline, la race, le juif, le philosophe et sociologue Pierre-André Taguieff et la spécialiste de littérature Annick Duraffour montrent que l’auteur de Voyage au bout de la nuit (1932) fut non seulement un antijuif convaincu mais un militant puis un agent actif de l’Allemagne nazie, avant d’encourager, après-guerre, les premiers pas du négationnisme.

   

Nous sommes entrés dans l’âge des démagogues

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Écrit par Pierre-André Taguieff

           L’année 2016 a été celle de la victoire du populisme avec l’élection de Donald Trump à la présidence américaine et le vote du Brexit, la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

   

La séduction du djihadisme

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Écrit par Pierre-André Taguieff

     Ce que méconnaissent par principe, surtout en France, les représentants du laïcisme antireligieux et de l'athéisme militant dans leur lutte contre l'islamisme, c'est la dimension anthropologique du religieux.

   

Table Ronde

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Écrit par Roland Monnet

 Article remplacé par "Dossier : la Paix par le droit et non par la force"
(Voir au début de la page page d'accueil)
Mots clés : Table  Ronde; Désarmement nucléaire-ONU; paix religieuse- liberté de conscience-déclaration des droits de l'homme ; paix sociale-droit du Travail-OIT; paix civile- instruction-culture-Unesco.


   

   

Pierre-André Taguieff : «Le “populisme”, ce mot passe-partout»

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Écrit par Pierre-André Taguieff

    On assiste, depuis quelques années, à la construction d'un nouvel ennemi quasi mondial, baptisé «le populisme».

   

Repenser le Troisième Reich, ou le retour de la dimension oubliée : idéologie, mythe, mystique, religiosité séculière

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Écrit par Pierre-André Taguieff

         "Mein Kampf" reste-t-il un receuil d'idéologique d'idées neuves ? 
          A lire et méditer cette postface de PAT à  Anne Quinchon-Caudal, "Hitler et les races. L’anthropologie nationale-socialiste" Paris, Berg International, 2013, pp. 245-268...
           ... elle illustre le fondement de la Table Ronde de Thoiry du 17.09.2016 sur La Paix par le droit et non par la force car  "le ventre de la bête immonde est toujours fécond".         
   

Inauguration de la statue d'Aristide Briand

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

 

 

 Vidéo Paix et laïcité :
Inauguration de la statue d'Aristide BRIAND le 08 12 2012 à Thoiry
  Lien pour accès à la vidéo
   

Plus d'articles...

Page 1 sur 2